Agile Barcamp Lyon : Kanban

Je connais la méthode Scrum, pour en pratiquer une partie dans mon équipe, et j’étais intéressée par l’approche Kanban, qui n’est pas itérative avec des sprints isolés comme Scrum, mais qui prend en compte les arrivées en cours de route (les bugs, par exemple) et permet de les intégrer au flux. (Nous traitons ces demandes entrantes dans nos sprints en utilisant la focalisation.) De plus, mon envie de découvrir Kanban a été récemment augmentée, surtout à travers un retour d’expérience, car je suis passée à un travail de maintenance qui peut se faire sans sprint.

Généralités

Kanban signifie étiquette en japonais. C’est une méthode que Toyota a utilisé dans ses usines. Elle consiste à utiliser des caisses étiquetées pour mesurer leur trajet, et ainsi la production. Les étiquettes étant toujours attachées à leur caisse, ce qui permet de tracer leur parcours.

Les principes de Kanban sont de mesurer le Work In Progress (ou en-cours) et de le limiter. En appliquant à un travail informatique, on observe 3 valeurs (et leur évolution) sur notre tableau de bord :

  • le reste à faire
  • l’en-cours
  • le réalisé

On garde à l’esprit que plus on a d’en-cours, moins notre réactivité sur le travail entrant (reste à faire) est bonne.

Principes

Les principes de Kanban sont donc :

  1. limiter les en-cours
  2. produire just-in-time
  3. tiré par la demande

Vous trouverez les principes plus complets sur le site : http://chohmann.free.fr/lean/kanban.htm

Un exemple industriel de Kanban est le Kanban Double Bac. Il s’agit d’avoir, sur une chaîne de montage, un opérateur qui a, pour ses petites pièces (ex: des boulons), 2 bacs de stock. Il se sert dans un seul bac à la fois, par exemple il commence par le bac A, et quand le bac A est vide, il permute avec le bac B (encore plein).
Un logisticien vient alors chercher le bac A vide, le remplace par un bac C plein, et note qu’il a rempli un bac.

Voici comment est décrit le process dans Wikipedia :

Le système Kanban fonctionne entre les postes de production aval et amont :

  • L’opérateur aval entame un conteneur. Il libère alors le kanban de manutention fixé sur le conteneur et le dispose dans une boîte,
  • Le manutentionnaire ramasse le kanban de manutention et va au poste amont,
  • Au poste amont, il enlève le kanban de production du conteneur plein, le met dans une autre boîte et lui substitue le kanban de manutention,
  • Il ramène le conteneur plein avec le kanban de manutention au poste aval,
  • Quand l’opérateur du poste amont a rempli un conteneur, il regarde la boîte de kanbans de production. S’il y a un kanban, il l’enlève, le fixe à un conteneur vide et reprend la production. S’il n’y a pas de kanban, cela veut dire que les en-cours sont suffisants et il attend.

Un exemple de flux de travail en mixant Kanban et Scrum a été donné par Alain, qui vient de la même boîte que Christophe Ney (vous retrouverez la présentation avec des images de ce qui a été mis en place sur Slideshare http://www.slideshare.net/cney/scrum-et-kanban-agile-grenoble-2011).

Ce que j’en ai retenu

On considère alors le sprint comme unité qui passe dans le Kanban. L’exemple utilise 3 lignes de production (qui chacune ont préparation – production – livraison comme phases) :

  • sprints : préparation de sprint, réalisation du sprint, revue de sprint
  • maintenance (TMA), qui peut être de la correction de bug, mais qui peut également être une réunion
  • non-planifié (prioritaire) : date fixe et proche

L’équilibre à trouver est le rapport en l’en-cours et le stock (le reste à faire) : on met du temps à savoir combien il nous en faut en stock et combien on peut en avoir en cours de manière concurrentielle.
Au sein du travail en équipe, les stand-up meeting Kanban sont focalisés sur les tickets plutôt que sur les gens : on fait donc le tour des tickets (des post-it chez nous), plutôt qu’un tour de parole des gens. C’est très intéressant avec une équipe nombreuse.
L’idée avec Kanban est de travailler en continu, en flux tendu. Kanban permet de mesurer la production pour trouver son rythme (ratio entre encours et entrant).

Voilà ce qui est indiqué sur les étiquettes du système mixte Kanban / Scrum :

  •  date de début
  • date de livraison prévue
  • trigramme des personnes capables/préssenties pour la réalisation
  • nom du ticket et détails

Les limites

Les limites de Kanban, citées par Christophe Ney sont :

  • le stock (à faire) est trop important par rapport à l’en-cours qui a atteint sa limite
  • le champ de vision du flux est sur quelques semaines seulement
  • les opérations à date fixe (ex : un site de Noël pour agence web, avec une date de péremption) ne rentrent pas bien dans le système Kanban
 

Serv-Tech

 

One thought on “Agile Barcamp Lyon : Kanban

Laisser un commentaire